Est-ce que le Parti pirate est de gauche ?

Le parti pirate autrichien a récemment voté à Graz lors de son assemblée générale pour une alliance avec le KPÖ, DerWandel et des indépendants. Le vote a été l’occasion d’un débat mouvementé sur le positionnement politique des pirates.

Quelques membres refusaient de considérer que leur parti était à droite ou à gauche, mais le déclarait plutôt post-idéologique. Une alliance électorale avec des partis de gauche comme les communistes et DerWandel était selon eux une trahison contre leur propre compréhension de leur parti.

Mais voilà: est-ce qu’un parti peut être post-idéologique ? 

Qu’est-ce qu’une idéologie ?

Le mot a deux sens, une connotation négative et une signification neutre. Vu de manière neutre et large, le concept signifie une analyse de l’état des choses qui permet de déterminer des buts à atteindre et des moyens d’y arriver. Dans son versant négatif, le concept renvoie plutôt à l’absence de qualité objective d’une analyse ou à l’utilisation dogmatique et erronée de faits certains.

Partant de là, on peut comprendre de deux manière différentes ce que certains pirates ont déclaré:

On peut donc retourner la question dans tous les sens, mais un parti ne peut pas être post-idéologique. Ce n’est même pas souhaitable. Le terme même de parti suppose que l’on prenne «parti», position, et de préférence clairement.

Reposons la question: est-ce que le parti pirate est de droite ou de gauche ? 

Le spectre classique gauche-droite auquel se réfèrent généralement et les citoyens et la classe politique est relativement creux et inutile au quotidien. Principalement parce que les approches pragmatiques dont sont empreints la plupart des discours médiatiques sont difficiles à ranger clairement dans des étaux idéologiques. Il reste qu’au plan du débat d’idées la division reste marquée et qu’il est intéressant de regarder comment s’y range le parti pirate.

Différences conceptuelles

Qu’est-ce qui peut donc caractériser les penseurs de la droite comme Carl Schitt, Ernst Jünger, Julius Evola ou Oswald Spengler ? Que veut dire la droite sur le plan de l’histoire des idées ? 

L’homme

Un élément fédérateur à droite est sa conception conservatrice de la société. L’homme est par nature méchant et les Lumières ne marcheront jamais. Il faut donc un État fort, un État de droit et d’ordre. Au contraire la gauche suppose que l’homme est «bon» et que si un homme se comporte «mal», c’est principalement à cause de conditions socio-économiques qui l’obligent à mal se comporter. Elle est convaincue qu’un homme «mauvais» peut devenir «bon» par l’éducation et le développement de ses talents.

L’histoire

Un deuxième élément distinctif est la conception de l’histoire. Les penseurs de droite conçoivent l’histoire comme un éternel recommencement, presque organique, un retour du même. La société moderne est décadente pour elle. Le principal responsable en est le libéralisme, les valeurs des modernes, les idéaux de la Révolution française, l’individualisme et le laisser-faire. La droite nous avertit en permanence de la chute programmée de notre civilisation et de la perte du sens du sacré. Elle regarde le progrès technologique comme un danger car il dépossède l’homme du contrôle des événements et qu’il lui fait perdre son rapport au concret. Au contraire, la gauche perçoit l’histoire comme une ligne droite en perpétuelle progression. Le progrès est son leitmotiv.

Les masses

Un troisième élément est la manière de considérer les masses. La droite se méfie des masses informes et de la démocratie tout court. Pour elle c’est une violation de la hiérarchie éternelle des valeurs morales, une porte ouverte au relativisme. Par exemple l’égalité homme-femme remet en cause un ordre millénaire et donc «bon». Il faut donc une contre-réforme qui promeuve un système autoritaire, dictatorial ou de caste afin de ré-instituer les élites d’ordre divin.

Où se situent les pirates ?

La conception du monde des pirates est diamétralement opposée à celle des intellectuels de droite. Les pirates ne croient en aucune transcendance, croient au «potentiel de coopération pacifique des humains», sont convaincus que «tous les humains ont le même droit au bonheur» et se sentent «obligés d’être solidaires». Les pirates «accueillent avec enthousiasme les nouvelles innovations» et croient à l’influence positive de la science et de la technologie sur l’espère humaine. C’est même un de leurs thèmes centraux. Ils répètent avec enthousiasme des termes comme «intelligence des foules» ou «participation citoyenne». Les décisions doivent être prises de la manière la plus démocratique possible et ils se méfient des élites. Le mouvement va de «unten nach oben», de bas en haut, et pas dans l’autre sens.

C’est pourquoi il est possible de répondre clairement qu’au delà des divisions internes à la gauche, les pirates sont décidément à gauche. C’est bien ainsi.

À propos de Martin Ehrenhauser

Martin Ehrenhauser est un élu autrichien indépendant du Parlement européen. Il s'intéresse principalement aux mêmes thématiques que les pirates et est leur tête de liste en Autriche pour les prochaines élections.

Commentaires !

Vous pouvez discuter en temps réel dans le webchat ou en pointant votre logiciel jabber sur polnetz@conference.sploing.be.

Vous pouvez aussi me contacter par mail à netz@sploing.be.

Mais surtout, contribuez !

Pourboire et parrainage

Pourboire

Sploing ! Bécassine wants your money

Bécassine vous propose de me donner quelques sous pour le temps et l'argent investi dans la rédaction de l'article que vous avez lu et la maintenance du blog aux adresses suivantes.

Pour chaque don je vous embrasse virtuellement et vous envoie un petit mot doux.

Si vous ne savez pas ce que sont des bitcoins, voici une foire aux questions et une présentation des logiciels disponibles.

Parrainage

Pour 0,02 BTC=1LTC=10000DOGE

Vous pouvez parrainer cet article ou un article déjà existant.

Pour 0,04BTC=2LTC=20000DOGE

Vous pouvez me demander de traduire un article dont vous serez automatiquement parrain. Envoyez-moi un mail à netz@sploing.be pour les détails.