Le Brésil dilapide ses atouts économiques en tuant les libertés civiles sur Internet

Mercredi dernier, le parlement brésilien a tué la charte des droits de l’Internet Marco Civil, pourtant annoncée avec tant de fracas et louée par les entrepreneurs et les défenseurs de la liberté d’expression dans le monde entier. Ce projet de loi enterré, on peut parfaitement considérer que le Brésil a tué ses chances d’être le plus brillant des grands pays émergents. BRICS ne sera bientôt plus que RICS.

La charte Marco Civil était une pure merveille. Elle aurait permis au Brésil de développer les entreprises du futur au lieu d’encourager des secteurs périmés.

Le Marco Civil aurait établi que :

C’était vraiment une bonne proposition, à lire en anglais ou en portugais (format pdf).

Bon, ce n’était pas parfait non plus. La rétention des données de télécommunication y était obligatoire pour une durée d’un an. Il y avait quand même des gardes-fous pour réguler la circulation de ces données, et dans l’ensemble, c’était une proposition si largement positive qu’elle a semblé unique au monde au fondateur du Parti Pirate Suédois Rick Falkvinge, qui l’a dit aux médias brésiliens cet été.

En n’enfermant pas le Brésil dans les carcans rigides des industries dépassées du Nord, à savoir les télécoms et l’industrie de la culture, cette charte aurait permis au Brésil de passer directement à la prochaine génération d’entreprises.

Mais hélas, trois fois hélas… Les vendeurs de glace ont encore tué les vendeurs de réfrigérateurs.

Le gouvernement brésilien a fait l’erreur de prendre les intérêts particuliers des fournisseurs de télécoms et des vendeurs de disque pour l’intérêt général. Les ministères de la Culture et des Communications ont été ardemment lobbyisés. La secrétaire de la culture, Marta Suplicy, a tellement insisté sur la nécessité d’une riposte graduée qu’elle finit par faire rayer l’immunité des intermédiaires de la charte.

Les mécanismes de riposte graduée servent à envoyer automatiquement, et sans vraie pertinence, des millions de notifications par semaine pour menacer les gens de représailles s’ils continuent à parler librement. C’est ce qui a permis à l’industrie du pétrole de tuer les protestations de Greepeace. Vous pourriez penser que ce pays dynamique, le Brésil, savait faire mieux que ça.

Donc tout d’un coup, les fournisseurs d’accès à Internet était responsables du contenu de leurs tuyaux, et Greenpeace ne pouvait pas protester au Brésil non plus.

Comme ça n’était pas suffisant, l’industrie des télécoms s’est assurée de tuer aussi la neutralité du net dans la loi proposée. Autant dire que le Brésil est passé directement d’un pays d’entrepreneurs innovants à un un pays moyenâgeux.

S’il pouvait être évident que Big Brother se nourrit de l’industrie du droit d’auteur, il faut aussi reconnaître que l’industrie des télécoms ne veut pas non plus être refoulée au simple rôle d’intermédiaire. Leur faire confiance pour sauvegarder la neutralité du net, c’est faire confiance à un renard dans un poulailler.

Il est difficile de comprendre pourquoi le Brésil les soutient. Ce n’est pas du tout dans leur intérêt.

Pendant ce désastre, deux lois sur la cybercriminalité, dont une qui pénalise l’accès à des informations sensibles via Internet, ce qui est encore une folie, ont été passées. Reléguant définitivement le Brésil à un pays en voie d’arriération.


Article aussi disponible en portugais.


Commentaire:

grails:

Salut,

Ouais c’est moche, une preuve de plus que la démocratie au brésil n’est pas idéale… L’organisation politique date quasiment de la fin de l’esclavage. On ne s’étonne pas du pouvoir des caciques. Je tiens ces chiffres d’un article du monde.fr que je ne retrouve pas :

30 000. C’est le nombre de projets et de propositions de loi en souffrance auCongrès de Brasilia, le Parlement fédéral qui rassemble 513 députés et 81 sénateurs. Moins d’un sur dix a des chances, un jour, d’être voté.

Parmi ces textes en sommeil figurent 975 amendements constitutionnels jamais approuvés. Le plus ancien est vieux de seize ans. On y trouve aussi 2 180 textes auxquels les divers présidents successifs ont opposé leur veto, et dont le sort aurait dû être décidé par le législateur dans les… trente jours suivants.

Le Congrès possède un talent singulier pour ne pas décider. Parce qu’il est divisé, émietté en une kyrielle de partis, asphyxié par la bureaucratie, soumis aux clientélismes et exposé aux pressions de la présidence. Résultat, c’est surtout l’exécutif qui légifère. La Constitution autorise le chef de l’Etat à prendre des “mesures provisoires” : 1 127 depuis vingt-deux ans : en moyenne une par semaine.

À propos de Falkvinge

Rick Falkvinge est le fondateur du Parti Pirate Suédois, un aficionado du whisky et pilote de moto du dimanche. Son thème de prédilection est la politique de l'information.

Commentaires !

Vous pouvez discuter en temps réel dans le webchat ou en pointant votre logiciel jabber sur polnetz@conference.sploing.be.

Vous pouvez aussi me contacter par mail à netz@sploing.be.

Mais surtout, contribuez !

Pourboire et parrainage

Pourboire

Sploing ! Bécassine wants your money

Bécassine vous propose de me donner quelques sous pour le temps et l'argent investi dans la rédaction de l'article que vous avez lu et la maintenance du blog aux adresses suivantes.

Pour chaque don je vous embrasse virtuellement et vous envoie un petit mot doux.

Si vous ne savez pas ce que sont des bitcoins, voici une foire aux questions et une présentation des logiciels disponibles.

Parrainage

Pour 0,02 BTC=1LTC=10000DOGE

Vous pouvez parrainer cet article ou un article déjà existant.

Pour 0,04BTC=2LTC=20000DOGE

Vous pouvez me demander de traduire un article dont vous serez automatiquement parrain. Envoyez-moi un mail à netz@sploing.be pour les détails.