Re-légaliser la possession de pédopornographie

d’expliquer pourquoi la possession de pédopornographie doit être re-légalisée dans les dix années à venir, et pourquoi vous devez y aider.

L’argumentation est que nos lois actuelles sont contreproductives, parce qu’elles protègent ceux qui abusent des enfants plutôt que de les amener en justice, parce qu’elles criminalisent une génération d’adolescents normaux et font perdre du temps à la police dans sa recherche des vrais criminels, et parce qu’elles aboutissent à la censure et aux autodafés virtuels tout en détruisant des familles innocentes.

Lors de la criminalisation de la possession de pédopornographie, ceux qui s’y opposèrent eurent quatre arguments forts :

Rétrospectivement, ils avaient raison. C’est tout à fait catastrophique.

1. Cela empêche de mettre au frais les violeurs d’enfant.

Connaissez-vous les lunettes Google ? Il s’agit d’un prototype de téléphone-lunettes.

Nos téléphones eux-mêmes deviennent des lunettes, qui nous permettent de partager en temps réel ce que nous voyons. Le changement est aussi important que lorsque CNN a rendu compte en temps réel de la première guerre du Golfe : « Le ciel étoilé de Bagdad est illuminé par des traînées de feu. »

image0 Sergey Brin portant des lunettes Google, un prototype de téléphone nouvelle génération qui peut filmer et diffuser en temps réel tout ce que vous voyez. Photo de Thomas Hawk.

Imaginez que dans dix ans vous descendiez dans un parc. Vos lunettes sont allumées, comme celles de tout le monde. Vous enregistrez et diffusez tout ce que vous voyez, comme presque tout le monde, quand un ami commence à discuter avec vous. Un peu comme ceux qui laissent tout le temps une caméra allumée quand ils conduisent.

Vous passez un buisson, et voyez une fillette de 12 ans sauvagement violée.

**BAM. Vous êtes un criminel, et êtes susceptible d’être `plus

lourdement condamné`_ que le violeur en face de vous.**

Le violeur vous voit et rigole, sachant que vous ne pouvez rien faire. Si vous appelez la police et vous déclarez comme témoin, vous perdriez votre boulot, vos enfants, votre maison. Alors que vous paniquez et essayez de tout effacer, vous voyez quelqu’un d’autre arriver et faire comme vous.

Pendant ce temps, une fillette violée voit tous les témoins se détourner et effacer toutes traces de son viol.

Voilà exactement ce qui arrivera avec la prochaine génération de téléphone.

Certes, il n’est pas certain que les tribunaux vous condamnent, parce que votre possession de pédopornographie est non-intentionnelle. Cependant, de même que la possession de drogue est condamnée, peu importe si celle-ci est intentionnelle ou non, la possession de pédopornographie l’est aussi.

Pourquoi donc voulons-nous interdire la possession de pédopornographie ?Parce que nous voulons empêcher la maltraitance des enfants, ou parce que nous voulons l’évacuer hors de notre champ de vision ?

Je dirais que la criminalisation de la possession de pédopornographie empêche déjà la capture des violeurs d’enfants, et que ça deviendra de pire en pire à l’avenir. Parce qu’elle sert plus à nous éviter de voir ce qui existe qu’à l’empêcher.

Cela ne veut pas dire qu’il faut totalement légaliser la possession de pédopornographie. Cela veut simplement dire que nous devrions toujours avoir le droit d’enregistrer et de diffuser ce que nous voyons. Une sorte de protection de la source à la première personne inviolable, si vous voulez. S’il existe une nuance de gris quelque part, un petit doute sur les conséquences de la possession de telles preuves, nous réduisons les chances de découverte des abus sur mineur.

2. La criminalisation d’une génération entière.

Nos lois actuelles mettent sur le même plan une vidéo d’un enfant de 7 ans violé et de deux adolescents de 17 ans amoureux et faisant normalement l’amour sur le même niveau. C’est tout à fait bizarre. La première chose est horrible, la deuxième belle. Pourquoi est-ce que nos lois ne prennent pas ça en compte ?

Regardons un peu ce qui est naturel pour la génération actuelle :

Techniquement, la plupart des gens qui grandissent aujourd’hui perdent leur virginité via un viol. Je dis « techniquement » parce que le viol a été redéfini par nos législateurs pour inclure les rapports sexuels entre individus d’un âge inférieur à la majorité sexuelle. Une telle redéfinition est aussi pertinente qu’une redéfinition du meurtre qui inclurait les embrassades des amis, pour ensuite se plaindre de l’augmentation des meurtres. Beaucoup de «violeurs» ne feraient pas de mal à une mouche.

Cet effet de bord inacceptable des lois actuels, ie la criminalisation d’une génération entière, peut briser leur vie sous prétexte de protéger les enfants pré-pubères.

Ce type de dissonance entre le prétexte et l’effet réel de la loi peut être observé dans de nombreux cas de lobbying. J’appelle cela une argumentation de « meurtre et traversée en dehors des clous », autrement dit par amalgame qui sert d’épouvantail.

Exemple :

« 98% des enfants ont vu un meurtre ou une traversée en dehors des clous avant l’âge de 7 ans. Être témoin d’un meurtre ou d’une traversée en dehors des clous peut avoir un impact psychologique dévastateur selon les experts. Il faut donc des lois plus strictes contre les meurtres et les traversées de piéton en dehors des clous. »

Remarquez que le «ou» se transforme en «et» à la fin, comme si la traversée hors-clous et le meurtre devaient être régulés de la même manière. C’est bien sûr intentionnel.

Pour savoir pourquoi de telles législations existent, il suffit le plus souvent de savoir cui bono, c’est-à-dire à qui profite le crime ?

Par exemple, l’industrie du droit d’auteur continue à essayer de nous faire avaler que les ados qui partagent leur musique devraient être réglementés par les mêmes lois que les contrefacteurs de médicaments qui, eux, mettent des vies en danger, en mélangeant allégremment contrefaçon et piratage. La plupart des traités visant à renforcer les monopoles de l’industrie du droit d’auteur utilisent le prétexte de la «prévention de la contrefaçon», et dérapent en des lois absurdes criminalisant les adolescents. Comme,  à tout hasard, ACTA, qui s’appelait «Traité commercial anti-contrefaçon» en anglais.

Voilà pourquoi il nous faut nous poser la même question quand il s’agit de pédopornographie. Cui bono ?

Il apparaît que ces lois sont le résultat du lobbying des chrétiens fondamentalistes, et serviraient à protéger les enfants. Aux États-Unis, ils ont colonisé à peu près tout le Midwest. En Suède, ce rôle est principalement occupé par l’organisation ECPAT, qui a ses racines dans l’organisation de chrétiens fondamentalistes ECTWT (« Coalition œcuménique à propos du tourisme dans le tiers-monde »). À chaque fois que ces chrétiens demandent de nouvelles lois au prétexte de la protection des enfants, on finit par criminaliser des adolescents.

Relions maintenant l’ensemble des morceaux du puzzle, en se demandant cui bono l’amalgame ?

Culpabiliser les adolescents inquiets dans leur rapport à leur propre corps et ceux des autres, et les rendre honteux de leurs désirs pour supprimer leurs instincts, en criminalisant des comportements naturels et en détruisant leur vie, ça n’a jamais été un effet de bord. Là était toute l’idée.

En Suède, ECPAT a poussé des lois qui punissent d’emprisonnement la possession d’images de vous-même nus avant votre dix-huitième anniversaire. Qui pense que ça sert à quelque chose ? Que ça aide à la répression de la pédophilie ?

L’existence de cette loi correspond-elle mieux à la protection des adolescents ou à leur domination en leur faisant peur de leur propre corps ? L’utilisation d’un tel prétexte pour gaver les adolescents d’une morale fondamentaliste ne montre-t-il pas à quel point ces soit-disant chrétiens sont tombés plus bas que terre ?

Pour régler le problème il faudrait envoyer bouler les organisations chrétiennes fondamentalistes comme l’ECPAT lors de la rédaction des lois, et restreindre les lois actuelles aux enfants prépubères seulement. Le meurtre et la traversée des passages piétons n’ont pas à être régulés par les mêmes lois, parce qu’il ne s’agit pas de la même chose. Au cas où le législateur voudrait un âge fixe, je suggère 13 ans, puisque la plupart des adolescents sont déjà pubères à cet âge. Il ne faut pas pour autant sous-entendre que la diffusion commerciale de pédopornographie devrait être autorisé. Il ne s’agit ici que des images échangées volontairement, avec joie, et consensuellement. Dans ce seul cas, les adolescents ne devraient pas être qualifiés de violeurs ou d’agresseurs sexuels.

Les sceptiques pourront noter qu’à la différence de la Suède, l’Espagne applique déjà une limite de 13 ans au lieu de 18 ans, et que beaucoup moins de vies y sont brisées pour des prétextes stupides qu’en Suède.

3. La pédopornographie doit être protégée par la liberté d’expression.

Pour la nouvelle génération, il n’existe pas de différence entre la destruction de fichiers sur un ordinateur et les autodafés. Malheureusement, l’ancienne fait une différence entre des fichiers et des livres. Si l’effacement à distance de fichiers par la police était vu comme une intrusion policière au domicile suivi d’un tri en règle de la bibliothèque et de la destruction des livres interdits, elle y réfléchirait à deux fois, ce qui n’est pas le cas.

Or, aussi longtemps que la pédopornographie est bannie, les uns et les autres tenteront de détourner à leur profit les dispositions de censure que ce ban exige. Tout le monde y va de son avantage. Les sociétés de jeu en ligne, l’industrie du droit d’auteur, les politiques comme Censilia saisissent l’occasion de censurer en douce.

Certes la pédopornographie est horrible et dégoutante sous tous rapports. Mais les autodafés virtuels sont pires. Pour protéger la liberté d’expression, il faut donc re-légaliser la possession de pédopornographie.

Oui, c’est affreux, mais tout autant que des tonnes de vidéos de meurtres qui circulent sur le Net et ne sont pas pour autant censurées. N’ouvrons pas de brèches dans la protection de nos droits constitutionnels fondamentaux. Soyons éclairés, non obscurantistes.

Pour cela, nous aurons besoin de vous, quitte à surprendre.Tout le monde ne vous comprendra pas, mais ne tombez pas pour autant dans le travers de «défendre les pédophiles».

L’association des journalistes suédois demande elle-aussi que l’interdiction de la possession (non de la production !) de pédopornographie soit levée, et à l’évidence pour d’autres raisons que l’envie sadique d’abuser de nos enfants. Cette autre raison est l’envie d’une société libre et ouverte aux opinions contradictoires.

Pour les activistes de la liberté d’expression sur Internet, c’est là que s’est jouée et se joue toujours la bataille. C’est la plaie à refermer avant qu’il ne soit trop tard.


Lars Hallberg a très bien résumé le point de vue de Rick dans un commentaire :

Il n’est pas illégal de filmer un meurtre.

Il n’est pas illégal de posséder le film d’un meurtre.

Mais il reste illégal d’assassiner les gens.

Et il reste illégal de les assassiner pour filmer leur assassinat.

Si vous avez pris part à un meurtre et l’avez filmé, cela sera retenu à charge contre vous.

Rick ne dit pas autre chose. Il n’encourage pas la pédophilie ou la pédopornographie. Il dit simplement qu’il ne devrait jamais être illégal de posséder une information. Quelqu’elle soit.


Commentaire:

Christopher de http://linuxfr.org/nodes/95656/comments/1390309:

Cet article est à remettre dans le contexte américain où la lutte contre la pédopornographie est issue avant tout du mouvement puritaniste et réalisé sans aucun discernement, allant véritablement à l’encontre de la liberté des individus (le cas des adolescents qui deviennent des délinquants sexuels pour s’être envoyé des images d’eux-même est un exemple tout à fait frappant et choquant en dehors des états-unies).

Quand je parle de puritanisme, il ne s’agit pas de parler d’un stéréotype qu’on s’imagine sur les américains “puritains”, mais d’un véritable courant philosophique définit ayant un poids politique très conséquent là-bas.

Donc beaucoup de cas explicités dans cet article ne s’appliquerait pas en dehors de ce pays, et il est alors sans doute bien plus difficile pour un œil européen de considérer cet article qu’il faudra véritablement remettre dans le contexte de la mentalité puritaine et libérale américaine. C’est pour cela par exemple qu’il n’est absolument pas interdit de posséder ni de s’échanger des images d’enfants morts, éventrés, ou torturés, car on ne considère pas que ce type de contenu puisse être associé à une quelconque sexualité, alors qu’en réalité, il est tout à fait aussi, voir d’autant plus malsain de regarder ou s’échanger ce type de contenu avec plaisir que du contenu pédopornographique.

Cet article est intéressant car il permet justement de se poser la question de la liberté sexuelle des individus (la liberté de disposer de son corps avant l’âge de 18 ans par exemple), et surtout de la raison pour laquelle la pédopornographie est quelque chose d’illégal, si on considère que la majorité du contenu pédopornographique produit aujourd’hui sur internet l’est par les jeunes eux-même sans violence ni contrainte.

Personnellement, je pense que l’interdiction de la pédopornographie est plus un outils d’épuration sociale que de protection des individus, car aucun enfant n’est jamais violé pour les besoins d’un film, il y a toujours, et cela sans exception, des relations sexuelles bien avant que celui qui réalisera le film (si ce n’est pas un autre jeune lui-même) s’empare d’une caméra.

Bien plus au états-unies qu’en Europe, on se sert indéniablement de la pédopornographie comme prétexte pour identifier les individus que nous souhaitons mettre au ban de la société, on ne cherche absolument pas à protéger les jeunes, car si cela était le cas, on pourrait trouver un tas de prétexte pour légaliser les échanges pédopornographiques, comme se dire que la pédopornographie peut agir comme une catharsis, empêchant certain d’atteindre à l’intégrité d’enfants, ou bien qu’elle permettrait d’identifier de véritables agresseurs sexuels sur les contenu vidéos (comme on pourrait identifier un assassin filmant ses meurtres en vidéo), mais on a trop besoin de cet outils pour identifier et exclure de la société tout ces misérables qu’on imagine avec la pire forme des sexualités, ceux qu’on ne veut pas avoir pour voisin, qui doivent sans doute jouir de la souffrance des autres et peut-être s’attaquer à nos enfants dans une ruelle sombre sur le chemin de l’école, faut dire qu’on fantasme beaucoup sur le pédophile moyen, il faut bien justifier nos craintes.

Historiquement, on était en Europe bien moins dérangé par cette question de la sexualité, il suffit de lire l’introduction de l’histoire de la sexualité de Michel Foucault pour s’en convaincre, ou encore la popularité d’expressions artistiques dans les années 60 et 70 que l’on qualifierait aujourd’hui sans peine de pédopornographie. Alors on pourrait se réjouir de constater de l’on considère plus l’enfant aujourd’hui qu’hier, mais met avis qu’on se sert bien plus aujourd’hui des enfants pour justifier une lutte contre ses propres craintes, sur la peur que l’on a de ses semblables et d’un moyen très pratique pour identifier ceux dont on ne veut justement pas être les semblables.

À propos de Falkvinge

Rick Falkvinge est le fondateur du Parti Pirate Suédois, un aficionado du whisky et pilote de moto du dimanche. Son thème de prédilection est la politique de l'information.

Commentaires !

Vous pouvez discuter en temps réel dans le webchat ou en pointant votre logiciel jabber sur polnetz@conference.sploing.be.

Vous pouvez aussi me contacter par mail à netz@sploing.be.

Mais surtout, contribuez !

Pourboire et parrainage

Pourboire

Sploing ! Bécassine wants your money

Bécassine vous propose de me donner quelques sous pour le temps et l'argent investi dans la rédaction de l'article que vous avez lu et la maintenance du blog aux adresses suivantes.

Pour chaque don je vous embrasse virtuellement et vous envoie un petit mot doux.

Si vous ne savez pas ce que sont des bitcoins, voici une foire aux questions et une présentation des logiciels disponibles.

Parrainage

Pour 0,02 BTC=1LTC=10000DOGE

Vous pouvez parrainer cet article ou un article déjà existant.

Pour 0,04BTC=2LTC=20000DOGE

Vous pouvez me demander de traduire un article dont vous serez automatiquement parrain. Envoyez-moi un mail à netz@sploing.be pour les détails.