Interview de la tête de liste du Parti Pirate du Schleswig-Holstein

Schleswig-Holstein, ahoi! Les pirates pourraient bien entrer au Parlement régional ce dimanche. Les sondages leur prédisent 8%. Dans cette interview à la Süddeutsche Zeitung, la tête de liste explique comment les aficionados de la transparence pourraient participer à la formation d’un gouvernement régional et pourquoi la politique agricole est un thème pirate.

À 23 ans, Torge Schmidt est le plus jeune candidat du Schleswig Holstein. Il est grossiste à Elmshorn. Il a pris trois mois de vacances pour les élections. La politique pirate est une entreprise familiale chez les Schmidt : son beau-père est président des pirates de la région, tandis que sa mère est aussi sur la liste des pirates pour les élections. Pour l’instant, les pirates sont à 9%, tandis que la CDU comme le SPD sont à 31%, les Verts à 12,5% et le FDP à 7%. Les élections ont lieu ce dimanche.

La Süddeutsche Zeitung* : M. Schmidt, vous avez mis l’accent sur la politique agricole dans votre programme. Jusqu’ici, ça n’a jamais été une thématique particulièrement pirate.*

Torge Schmidt : L’engagement en faveur d’une agriculture classique et sans ogm est à première vue très conservateur. Mais cela nous convient, car cela correspond à notre vision de la liberté : pas de brevets sur le vivant.

*SZ: Et comment est-ce que ce sujet a fait son chemin jusque dans votre programme ?*

Schmidt : Ma mère s’occupe beaucoup de ces problèmes. Le sujet est très important pour le Schleswig-Holstein et est en quelque sorte notre argument clé de vente. Il y dans notre région un grand changement d’ambiance. Nous avons beaucoup d’exploitants agricoles qui se sentent lâchés par les partis établis et cherchent des alternatives. Un autre sujet porteur est la formation. Nous avons accumulé les réformes scolaires, il faut calmer le jeu.

*SZ: Quelles réformes correspondraient aux idéaux pirates ?*

Schmidt : Une guerre des tranchées idéologique ne nous amènera pas très loin. Les bonnes décisions à prendre pour la réforme du système scolaire ne doivent à notre avis pas n’être décidées que par les politiques, mais il faudra aussi demander leurs avis aux parents et aux élèves. Avant tout il ne sert à rien de tout changer en navigant à vue.

*SZ : Plus concrètement, à quoi devrait ressembler l’école ?*

Schmidt : L’école idéale devrait préparer à la vie. La démocratie ne fonctionne qu’avec une population éduquée. Seul un peuple éduqué peut participer à la vie politique. C’est pourquoi nous nous engageons en faveur de l’absence de frais de scolarité, parce que ce n’est que comme cela que l’on arrive à une liberté totale d’instruction.

*SZ: Quels sujets vous ont amené chez les Pirates ?*

Schmidt: Tout ce qu’il y a de plus classique. C’était en 2009 à cause de la directive sur la rétention des données. Dans la fédération du Schleswig-Holstein nous sommes aussi très engagés dans les sujets plus classiquement abordés par le Parti Pirate. Nous avons par exemple Patrick Breyer en quatrième place sur notre liste, qui a préparé les recours constitutionnels contre la rétention des données. Mais les sujets abordés se diversifient. Nos membres sont devenus très variés, il ne s’agit plus que de Politique du Netz. On peut remarquer cela à la diversité des thèmes abordés (NdT : voir le programme).

*SZ: Dans les derniers sondages, votre parti atteint les 8%. Vous entrerez sûrement au Parlement comme vos collègues de Berlin et de la Sarre. Pouvez-vous nous dire si vous imaginez pouvoir participer à une coalition ?*

Schmidt : Pour le moment, nous faisons plutôt partie de l’opposition, et nous devons bien sûr encore accumuler de l’expérience. Mais si nous nous engageons en politique, c’est aussi pour prendre nos responsabilités. Et bien entendu, nous soutiendrons les propositions qui nous paraîtront aller dans le bon sens.

*SZ: Pour le moment vous ne semblez pas faire confiance aux autres partis, et pas tout à fait à tort ceci dit. Comment discuteriez-vous d’un accord de coalition en toute transparence et participation ?*

Schmidt: Nous retransmettrons bien sûr les discussions que nous aurons avec les autres responsables, de telle sorte que chacun puisse les suivre. La transparence est une de nos principales exigences, et nous ne la jetterons pas par dessus bord dès que nous participerons à un gouvernement.

*SZ: Mais cela ne peut-il parfois pas être raisonnable de discuter à huis-clos ? Ce n’est pas plus simple de faire ainsi des compromis qui sont nécessaires en cas de coalition ?*

Schmidt : Cela ne nous pose aucun souci de faire des compromis en temps utile si c’est nécessaire. Nos membres le savent aussi. Mais nous sommes élus par des gens qui refusent que la politique se déroule dans les antichambres. Nous n’avons pas le droit de les décevoir.

*SZ: La transparence ne veut pas dire la démocratie participative. Voulez-vous vraiment que la base vote chaque point d’un éventuel contrat de coalition ?*

Schmidt : En ce qui concerne un éventuel contrat de coalition, je me le figure sans soucis. Mais il n’y aura pas de vote tous les jours. Ainsi, nous avons déjà un programme. La transparence nous aide dans ce cas de figure : Nos membres voient ce que nous faisons, et ils ont la possibilité de nous écrire, via twitter ou les outils internes. Nous les utilisons très intensivement. Nous serons donc forcément mis au courant de tous les points qui sont critiques dans les négociations et nous nous laisserons conseiller par la base.

Vous pouvez lire l’interview originale en allemand sur le site de la Süddeutsche Zeitung, et visionner une vidéo de Focus sur la campagne des pirates à Kiel.


Z. Hd. von der Süddeutsche Zeitung : Den Artikel habe ich nicht gewinnorientiert übersetzt, nur für die Information von den französich-sprechenden Lesern. Aber wenn Sie diesen Zettel löschen möchten, bitte schreiben Sie kurz eine Mail an netz[@]sploing.fr oder einen Kommentar hier unten.

Commentaires !

Vous pouvez discuter en temps réel dans le webchat ou en pointant votre logiciel jabber sur polnetz@conference.sploing.be.

Vous pouvez aussi me contacter par mail à netz@sploing.be.

Mais surtout, contribuez !

Pourboire et parrainage

Pourboire

Sploing ! Bécassine wants your money

Bécassine vous propose de me donner quelques sous pour le temps et l'argent investi dans la rédaction de l'article que vous avez lu et la maintenance du blog aux adresses suivantes.

Pour chaque don je vous embrasse virtuellement et vous envoie un petit mot doux.

Si vous ne savez pas ce que sont des bitcoins, voici une foire aux questions et une présentation des logiciels disponibles.

Parrainage

Pour 0,02 BTC=1LTC=10000DOGE

Vous pouvez parrainer cet article ou un article déjà existant.

Pour 0,04BTC=2LTC=20000DOGE

Vous pouvez me demander de traduire un article dont vous serez automatiquement parrain. Envoyez-moi un mail à netz@sploing.be pour les détails.