L’industrie du divertissement est une bande de pillards. Plaidoyer d’économistes pour la suppression du droit d’auteur.

Le partage de fichiers est souvent assimilé à du vol. C’est pourquoi, en Allemagne, des armées d’avocats s’acharnent à criminaliser bon nombre d’adolescents, et ce en circonvenant à la loi sur la protection des données personnelles grâce au laxisme de l’État en la matière. Vu qu’en pratique, le téléchargement illégal d’une chanson est plus sévèrement réprimé que le vol d’un disque, il est loisible de se demander si cet acharnement ne cache pas des intérêts très louches. En d’autres mots: est-ce que le droit d’auteur est économiquement, culturellement et socialement raisonnable, ou ne sert-il que les intérêts de certains qui sanctuarisent ainsi leur pouvoir mais ne sont pas pour autant légitimes ce faisant ?

Tout au moins, il semble que l’on trouve de bons arguments en faveur de cette thèse. De fait : Un coup d’œil terre-à-terre sur la scène médiatique et musicale montre que le modèle dominant est du type « Le gagnant prend tout ». Celui qui arrive à l’avant-scène rafle la mise, les autres ramassent les miettes.

Et le vainqueur est…

Une société qui privilégie que les vainqueurs remportent toute la mise serait justifiée si la victoire allait toujours à ceux qui sont les seuls à pouvoir procurer un avantage à leurs clients, ici les amateurs de musique. Mais ce n’est pas le cas. Si l’on demande qui est le grand vainqueur il semble qu’il faille surtout répondre l’industrie de la musique. Ce ne sont pas les interprètes, ni les groupes, ni les solistes, ni les chanteurs, qui peuvent récolter le pactole en triomphant sur le podium. La plupart d’entre eux, même ceux qui sont sous contrat dans une grande firme, vivent dans de mauvaises conditions, si encore ils arrivent à vivre de leur art. Cela n’empêche pas certains de devenir les chouchous du public et de pouvoir gagner en puissance contre leurs producteurs et devenir ainsi des gagnants d’eux-mêmes.

On peut être tenté d’aimer cette situation. Au fond, ce sont aussi les boîtes de production et les stars victorieuses qui offrent au public la musique qu’il préfère. Il faut résister à cette tentation, car celui qui devient une star n’est pas spécialement celui que le public a choisi de son plein gré, mais aussi celui qui a été propulsé à l’avant de la scène par une campagne marketing. Il est naturel que l’industrie de la musique cherche avant tout à être rentable et à vendre des produits. La qualité n’est importante qu’en ce qu’elle ne perturbe pas les ventes. Il n’est donc pas très étonnant que les musiciens soient sans cesse qualifiés d’« interprète du siècle » ou de « prochaine superstar », mais soient aussi aussitôt oubliés six mois après. Comme on vient de le dire : certaines seront des stars durables, l’industrie de la musique se plie donc en quatre pour eux : d’un côté ils sont bien commercialisés, de l’autre, en ayant une position solide, ils réclament la première place.

Celle qui est une star, c’est surtout l’industrie

Dans l’ensemble, on peut dire que ce sont vos goûts musicaux qui déterminent vos achats. Mais vous ne pouvez pas être sûr de ce que vous achetez. On se souvient encore de Boney M. et Milly Vanilli qui ont été vendus comme des « chanteurs » alors qu’il n’ont jamais rien chanté eux-mêmes. En un mot : Comme gagnante, l’industrie de la musique ne prend pas seulement tout en ce qu’elle tond les musiciens mais aussi en ce qu’elle manipule voir arnaque les acheteurs potentiels.

Il est à peine exagéré de comparer l’industrie de la musique retranchée derrière le droit d’auteur avec les bandes de chevaliers pillards du Moyen-Âge. Après tout l’industrie de la musique encaisse les fruits du travail d’autres, veut commercialiser seule ces produits et tire les prix vers le haut. Vu ainsi, ses efforts obstinés pour défendre le droit d’auteur sont aussi compréhensibles que les répressions des populations qui se soulevaient contre les pillages.

Un chevalier pillard conspué par la population

Il faut cependant admettre que même quand on a montré que le droit d’auteur n’a pas tous les avantages que lui confèrent ceux qui l’intéressent, il manque la preuve que sa suppression serait avantageuse. Il n’est pas certain qu’un monde sans droit d’auteur soit souhaitable ou même possible. Si jamais on le supprimait, il se peut que l’incitation à composer et produire de la musique disparaîtrait, ou que la qualité baisserait, ou que les consommateurs seraient perdus dans un paysage musical impossible à superviser, ou que…

La suppression du droit d’auteur signifierait-elle la fin de la musique ?

Cette question doit être prise au sérieux. Mais est-il bien vrai qu’avec la suppression du droit d’auteur l’incitation à la création musicale serait diminuée voire disparaîtrait ? Au premier abord il peut sembler que oui. Mais en jetant un coup d’œil plus précis cette crainte se révèle non fondée. Pour les raisons suivantes : beaucoup d’artistes produisent par amour de la musique et non pas pour vivre, souvent d’ailleurs n’arrivent pas à en vivre, et il n’est pas exclu qu’un monde sans droit d’auteur permette des revenus supérieurs à ceux d’aujourd’hui.

Pour le moment certaines stars gagnent très bien leur vie. Ceux-ci servent aussi d’appât à l’industrie musicale : Ils vendent aux créateurs qui n’ont pas encore percé l’impression que cela va bientôt être le cas et qu’ils vont donc aussi bientôt ramasser le pactole et briller comme une star. En même temps tout est fait pour camoufler que la plupart des musiciens sous contrat restent des anonymes. Et bien sûr on ne voit que les quelques vainqueurs qui sont sous le feu des projecteurs, pas les autres.

Si le droit d’auteur était supprimé, on devrait s’attendre à quelque chose d’autre. Le nouveau moyen de diffusion, à savoir les plates-formes comme Youtube, permettent à chaque créateur de publier sans passer par l’industrie de la musique. Youtube pourrait fonctionner dans un monde sans droit d’auteur. Il y aurait toujours des compositeurs, des paroliers, des groupes, des chanteurs, des interprètes. Certains auraient du succès et d’autres moins. Mais ces créateurs ne seraient pas choisis et formatés par l’industrie de la musique. Leur succès dépendrait plutôt du goût du public. Et ce public choisirait plutôt par ses goûts propres que par ceux dictés par des campagnes marketing. En d’autres mots, ce serait un changement de modèle, où il y aurait plus que quelques uns qui rafleraient la mise. Le public regagnerait sa souveraineté, et ne serait plus le jouet d’un marketing inventif.

Il faut aussi prendre en compte un autre argument contre un monde sans droit d’auteur pour la musique. On peut objecter que les artistes ne sont pas motivés que par l’amour de l’art, mais aussi par les retombées matérielles. Si le droit d’auteur était supprimé, leurs productions pourraient être téléchargées gratuitement par les consommateurs. Est-ce que ça n’arrêterait pas une bonne partie de la production ? Non, pour la raison suivante : il n’y a pas de raison pour que le public stoppe de dépenser de l’argent dans la musique. La propension à financer la culture restera.

Seulement, les sommes gagnées n’iront plus à une minorité d’artistes mais seront mieux redistribuées. Au lieu de financer l’industrie du divertissement, les consommateurs pourront financer directement leurs artistes pour leurs prestations scéniques. Les ressources publicitaires ou des concerts pourraient aussi être redistribuées suivant le nombre de clics générés sur Internet, qui mesurent la popularité des musiciens. Et cette popularité ne sera plus autant manipulée. Du point de vue d’un défenseur d’un marché et d’une société libre, il n’y a là vraiment rien à redire. On peut même encourager un tel changement qui permettrait à la vie culturelle d’être plus riche, plus pluraliste. Les apparitions de quelques stars stratosphériques dans quelques événements ou fêtes mondaines à grands coups d’euros se raréfieraient. Bien plus, des musiciens différents avec des popularités différentes apparaîtront à des lieux différents selon les goûts et les moyens locaux.

Les signes avant-coureurs de la fin du droit d’auteur

On ne devrait pas prendre ces réflexions comme une pure vue de l’esprit : Il existe déjà des créateurs musicaux qui ne se livrent plus à l’industrie du divertissement, renoncent au droit d’auteur et mettent librement à disposition leurs productions sur le Netz. Et parmi ces musiciens on en trouve quelques uns qui trouvent leur chemin vers les mélomanes. Certains sont même plébiscités, et ont réussi à devenir glamour et riches sans avoir dû passer par la manipulation marketing. De fait, les possibilités de rentabilisation à travers les performances scéniques ont sans doute récemment augmenté à cause de la criminalisation des échanges de musique. Une telle tendance se confirmerait dans un monde sans droit d’auteur, et serait à louer. Car les musiciens qui profiteraient du nouveau système seraient ceux qui vont sur scène et pas uniquement ceux qui synchronisent des mouvements de lèvres en studio.

Cependant, celui qui est prêt à reconnaître ce que nous venons de présenter peut faire quelques critiques. Est-ce qu’un monde sans droit d’auteur ne fait pas courir le danger que la musique perde en qualité et ne devienne que la victime du goût du vulgaire ? Cette crainte n’est pas fondée : D’une part il est difficile de disqualifier un goût comme «vulgaire». Ensuite on peut s’attendre à ce que les blogueurs et critiques s’attellent vite à la tâche de faire le tri, de commenter et d’évaluer les musiciens. Surtout à l’époque de Facebook et Twitter.

On peut s’attendre à ce que le paysage musical devienne plus vivant et coloré que maintenant. Et cela ne sera pas étonnant, puisque la suppression du droit d’auteur signifierait la déconstruction des positions dominantes et la création d’un espace libre pour les créateurs et amateurs de musique.

In fine : tout cela n’est peut-être qu’un beau rêve. Mais le droit d’auteur comporte déjà des lacunes que l’industrie de la musique essaye de combler en soutenant des restrictions de plus en plus importantes et louches. Beaucoup de créateurs renoncent déjà à la protection douteuse du droit d’auteur, cherchent leur public sur Youtube et gagnent plus qu’avant en faisant de la scène. On ne doit donc pas seulement espérer, mais aussi attendre que les jours du droit d’auteur soient comptés, et avec lui la criminalisation du partage de musique, aussi injustifiée économiquement que juridiquement. Finalement les bases des chevaliers pillards du Moyen-Âge ont bien été abattues un jour.

Ajout suite à la première parution de l’article dans le NZZ

Un petit ajout suite aux réactions qui nous sont parvenues après la première parution de cet article dans le Neue Zürcher Zeitung début février 2012.

  1. Il n’y aurait pas de différence entre le vol d’un pain et la copie d’une chanson.
  2. On ne doit pas s’attendre à ce que des consommateurs, même prêts à payer, payent quelque chose alors qu’ils peuvent consommer gratuitement.

Les deux arguments vont ensemble, et ne sont pas conciliables avec quelques connaissances d’économie non-polémiques.

Un morceau de musique numérisé est un bien dit «non-rival» : celui qui l’utilise ne nuit pas à son utilisation par les autres. Les coûts des copies sont grâce à Internet quasi-nuls. Rien de cela ne vaut pour une baguette. Si au contraire la musique n’est produite qu’une seule fois, il est efficace que le prix du marché corresponde au coût marginal. C’est de cette manière que la somme des dits surplus du producteur et du consommateur s’équilibrent. Si le coût marginal du producteur est nul, le prix doit aussi être nul. D’un point de vue d’économiste, cela est tout à fait rationnel, si on ne prend pas en compte les intérêts particuliers. Que l’industrie de la musique ait réussi à ancrer dans l’imaginaire collectif que l’utilisation de biens non-rivaux équivaut au vol de biens rivaux est sa contribution à l’analphabétisation économique du grand public.

La question de savoir si beaucoup de morceaux n’arrêteraient pas d’être produits dans un monde sans droit d’auteur reste ouverte. Comme nous l’avons exposé, nous ne pensons pas que cela aurait des effets négatifs sur la qualité ou la quantité des productions musicales. Ce serait plutôt le contraire. Mais si cela était le cas, cela le serait dans des proportions restreintes, et le législateur devrait répondre à la question suivante : « Quels sont les coûts économiques de l’application du droit d’auteur actuel ? » Si les coûts d’une norme juridique sont plus élevés que son utilité, alors le droit (de propriété ici) doit être remodelé ou supprimé. On parle d’un demi-million d’avertissements par an rien qu’en Allemagne pour téléchargement «illégal». Les montants des chantages sont en général de quelques milliers d’euros. Le nombre de personnes concernées a déjà dépassé le million. La peur de l’espionnage étatique et la criminalisation d’un comportement considéré comme légitime sont aussi des coûts politico-économiques qui doivent être pris en compte. Un État tient sa légitimité de la codification et de l’application de normes sociales partagées. On ne peut pas dire que le droit d’auteur actuel fasse l’unanimité.


Grand merci aux auteurs pour m’avoir permis de traduire et publier leur texte ici.

Commentaires !

Vous pouvez discuter en temps réel dans le webchat ou en pointant votre logiciel jabber sur polnetz@conference.sploing.be.

Vous pouvez aussi me contacter par mail à netz@sploing.be.

Mais surtout, contribuez !

Pourboire et parrainage

Pourboire

Sploing ! Bécassine wants your money

Bécassine vous propose de me donner quelques sous pour le temps et l'argent investi dans la rédaction de l'article que vous avez lu et la maintenance du blog aux adresses suivantes.

Pour chaque don je vous embrasse virtuellement et vous envoie un petit mot doux.

Si vous ne savez pas ce que sont des bitcoins, voici une foire aux questions et une présentation des logiciels disponibles.

Parrainage

Pour 0,02 BTC=1LTC=10000DOGE

Vous pouvez parrainer cet article ou un article déjà existant.

Pour 0,04BTC=2LTC=20000DOGE

Vous pouvez me demander de traduire un article dont vous serez automatiquement parrain. Envoyez-moi un mail à netz@sploing.be pour les détails.