Réponses du Parti Pirate de la Sarre aux questions de la Free Software Foundation

Voilà ci-dessous traduites les réponses du Parti Pirate de la Sarre aux questions de la Free Software Foundation internationale. C’est dans 3 jours les élections au parlement du Land de la Sarre, et les pirates sont pressentis pour obtenir dans les 5 à 6 % (MàJ sur ce blog: finalement 7,4%). Cela devient au niveau national le score habituel des pirates, principalement au détriment des libéraux du FDP qui se sont trop « mouillés » par leur coalition avec la CDU-CSU au niveau national.

Afin de repérer un peu les réponses du Parti Pirate sur l’échiquier politique, vous trouverez aussi ci-dessous les réponses du SPD et de la CDU à la première question, ainsi que quelques traits d’humour de la CDU. Normalement, la CDU est à l’extrême opposé du parti pirate sur ces questions, mais la différence est dans ces réponses aux questions très orientées de la FSF relativement faible. Tandis que le Parti Pirate ou la CDU n’hésitent pas à recadrer les questions de la FSF, le SPD, le FDP (les libéraux), et Die Linke (La Gauche), qui sont tous dans l’opposition pour l’instant dans la Sarre, se montrent eux généralement très raccord avec la FSF.

Vous pourrez aussi remarquer que les réponses que j’ai soulignées peuvent être assez polémiques : Le Parti Pirate de la Sarre se différencie par là d’un parti tenant d’une ligne dure en faveur du Logiciel libre.

1. Est-ce que vous planifiez d’encourager le logiciel libre ? Si oui, comment ?

Logo du Parti Pirate de la
Sarre

Les Pirates : Le parti pirate de la Sarre soutient de manière générale l’utilisation de « logiciels libre ». Si vous cherchez sur notre site web, vous conclurez inéluctablement que le parti pirate est LA force politique qui met le plus en avant le concept de « logiciel libre ». Cf [1], [2], [3], [4], [5], [6]. Vous trouverez dans les liens donnés des réponses détaillées à beaucoup de questions adjacentes.

1.b Est-ce que vous planifiez de soutenir les PME du logiciel libre, et si oui, comment ?

Les Pirates : Nous ne voyons pas de prime nécessité à l’acquisition dans le privé d’une influence sur les pratiques commerciales des entreprises. Les entreprises doivent s’affronter dans un cadre de concurrence loyale. Il y a des modèles économiques du logiciel libre et les entreprises qui en vivent peuvent concourir grâce à leur innovation avec autres types d’entreprises du logiciel. Une ingérence politique ressemblerait à une subvention. Si du « logiciel libre » est proposé de manière concurrentielle, il a déjà un avantage financier par rapport au logiciel propriétaire. C’est par la fourniture de services ou un modèle économique propre que l’on y gagne de l’argent. Une ingérence politique pourrait avoir des conséquences fatales.

2. Dans le logiciel non-libre c’est surtout le producteur qui décide qui peut modifier le logiciel. Cela mène à des monopoles de service et à la dépendance à un seul fournisseur. Est-ce que vous prévoyez d’agir contre ces monopoles dans la fourniture de service ?

Les Pirates: C’est le bon droit du producteur de posséder le monopole de son logiciel non-libre et de protéger ainsi son propre produit des manipulations externes. Cela ne conduit pas nécessairement à des monopoles dans la fourniture de service. Il y a beaucoup d’entreprises de services qui réussissent et dont l’existence dépend de celle de logiciels non-libres. Certes cela entraîne certaines dépendances, mais justement le « logiciel libre » offre une alternative. Vouloir complètement supprimer le logiciel non-libre en exerçant des pressions politiques ne peut pas être notre but.

3.a Une imposition conséquente de standards ouverts dans les administrations de l’État rend possible la concurrence entre les entreprises. Est-ce que vous êtes d’accord avec la définition d’un standard ouvert ?

Les Pirates : Oui.

3.b Vous engagez-vous pour un investissement systématique dans les standards ouverts dans l’administration et si oui, comment comptez-vous procéder ?

Les Pirates : Nous allons même un peu plus loin. Contrairement à notre absence d’ingérence dans le marché du privé, dans l’administration publique nous allons nous engager de manière systématique pour les « logiciels libres ». Cela permet des économies urgemment nécessaires. Il est plus facile d’économiser sur le logiciel que sur le personnel. C’est un excellent moyen de mettre un frein à l’endettement.

Pourquoi nous disons Non
à
ACTA ?

4.a Est-ce que votre parti prévoit d’encourager l’utilisation du logiciel dans l’Éducation nationale ?

Les Pirates : Voir précédemment

4.b Est-ce votre parti encouragera les formations théoriques indépendantes des fournisseurs à la place des formations à des produits ?

Les Pirates : L’idée a l’air bonne, mais ne doit pas être mise en œuvre par un parti politique. La question doit plutôt être posée aux entreprises qui veulent changer de modèle économique. Le Parti pirate de la Sarre soutiendrait de telles innovations. Mais il s’agit plutôt d’un travail de conviction de la part du politique, ce sont les premiers responsables qui doivent décider eux-mêmes.

5. Beaucoup d’administrations font de la pub sur leur site web pour les logiciels non-libres comme Adobe Acrobat Reader. Qu’en pensez-vous et que comptez-vous faire à ce propos ?

Les Pirates : Nous signalons déjà ce problème et voulons le supprimer. Si des recommandations de ce genre sont données, il ne doit y avoir aucune préférence entre les différents produits.

6.a Le logiciel tombe en Allemagne sous le coup des lois sur le droit d’auteur et est exclu du brevetage comme la littérature. Cependant les offices de brevet délivre des brevets logiciels. Ce monopole supplémentaire entrave la concurrence, conduit à l’insécurité juridique et endommage l’innovation de toutes les entreprises européennes. Quelle est votre position sur les brevets logiciels ?

Les Pirates : À ce propos le parti pirate a une position univoque dans son programme. Le Parti pirate veut réformer le droit d’auteur. Cela concerne aussi le droit des brevets.

Quelques autres réponses

1. Est-ce que vous planifiez d’encourager le logiciel libre ? Si oui, comment ?

CDU : La Sarre est un des pays de l’informatique. On trouve ici d’innombrables entreprises qui développent et commercialisent du logiciel. Et parmi elles des entreprises qui créent, utilisent, ou réutilisent du logiciel libre. Dans le cadre d’une stratégie de l’innovation nous encourageons toutes les entreprises de l’IT. Cependant cela correspond à notre conception de l’égalité de la concurrence que nous n’encouragions pas un type particulier de logiciel.

SPD :Le logiciel libre rend possible la participation ouverte au progrès technologique, elle permet la réutilisation et le déploiement dont la société numérique a besoin. Dans le cadre de notre offensive en compétence médias l’encouragement du logiciel libre jouera un rôle.

3.a Une imposition conséquente de standards ouverts dans les administrations de l’État rend possible la concurrence entre les entreprises. Est-ce que vous êtes d’accord avec la définition d’un standard ouvert ?

Humour de la CDU :

Sur votre page internet on trouve : « Il n’existe pas de définition valide en général de ce qui fait d’un standard un standard ouvert ».

Nous sommes d’accord avec cette affirmation. 4.b Est-ce votre parti encouragera les formations théoriques indépendantes des fournisseurs à la place des formations à des produits ?

Pragmatisme de la CDU :  Le type de formation dépend du type de la nécessité et du type de logiciel enseigné.

5. Beaucoup d’administrations font de la pub sur leur site web pour les logiciels libres comme Adobe Acrobat Reader. Qu’en pensez-vous et que comptez-vous faire à ce propos ?

Esquive de la CDU : Nous mettons déjà à disposition via un lien vers Wikipédia une liste d’alternatives à Adobe Acrobat.

6.a Le logiciel tombe en Allemagne sous le coup des lois sur le droit d’auteur et est exclu du brevetage comme la littérature. Cependant les offices de brevet délivre des brevets logiciels. Ce monopole supplémentaire entrave la concurrence, conduit à l’insécurité juridique et endommage l’innovation de toutes les entreprises européennes. Quelle est votre position sur les brevets logiciels ?

Si même la CDU le dit : Le droit d’auteur est la forme de protection la plus adaptée pour le logiciel. Nous sommes très critiques quant aux brevets logiciels.

Commentaires !

Vous pouvez discuter en temps réel dans le webchat ou en pointant votre logiciel jabber sur polnetz@conference.sploing.be.

Vous pouvez aussi me contacter par mail à netz@sploing.be.

Mais surtout, contribuez !

Pourboire et parrainage

Pourboire

Sploing ! Bécassine wants your money

Bécassine vous propose de me donner quelques sous pour le temps et l'argent investi dans la rédaction de l'article que vous avez lu et la maintenance du blog aux adresses suivantes.

Pour chaque don je vous embrasse virtuellement et vous envoie un petit mot doux.

Si vous ne savez pas ce que sont des bitcoins, voici une foire aux questions et une présentation des logiciels disponibles.

Parrainage

Pour 0,02 BTC=1LTC=10000DOGE

Vous pouvez parrainer cet article ou un article déjà existant.

Pour 0,04BTC=2LTC=20000DOGE

Vous pouvez me demander de traduire un article dont vous serez automatiquement parrain. Envoyez-moi un mail à netz@sploing.be pour les détails.